Logo BL'A Braine l'Alleud

Page de poésie

La Page Poésie vous propose de découvrir des poètes contemporains. Avec l'accord et l'aimable collaboration des auteurs et des éditeurs.


Christine Aventin




Et s'il fallait en poésie
encore inventer le zéro
afin que soit portée l'absence
au nombre
des entiers naturels ?
J'exige peu du réel :

une sortie !
Mon corps a vidé les lieux
- appliquant les règles
de la translation
il tente l'expérience
d'une histoire subsidiaire.

Quelle autre fin que la fuite ?
Au fond
je sais bien que la tangente
- première leçon de vertige -
est de tous les chemins le seul.
Sur l'idée du fil simple idée je dessine

un dédale
au risque de passer
le reste de mon temps
à nommer les absents qui m'occupent ;
Si persistant demeure
l'encombrement du rien !
À l'échelle géologique
- Affleurement visible des roches.
Érosion.
Souvenirs en creux. Éboulement puis
Déroulé de la parole -
le principe est celui de l'empreinte.

*

Je suis la fille qui entre
dans la maison des autres
en chantant
moi la cancre
des généalogies
je fais mon territoire

*

Puisque vous prétendez
à la science des rêves
j’invente pour les miens
des récits qui vous plaisent
et j’assiste en conscience
aux tracés du scalpel
que sont vos hypothèses

J’errais dans un cimetière
tout de pierre et de pluie
feuilles mortes la nuit
sous le vent immobile
un homme a surgi là
inconnu familier
de je ne sais plus où

Es-tu entré enterré là ?
Le bruit de la tempête
m’empêche de savoir
la question qu’il me pose
me tourne la tête
à la fin je dis oui
mais ce n’est pas ma voix

Votre silence suit
mes hiéroglyphes aztèques
je vous laisse conclure
avec délectation
et je garde secret
de la pluie et des pierres
au solstice d’été
la fraîcheur des pastèques

Extraits de Scalp / Christine Aventin ; ill. de couverture Benjamin Monti - L’Arbre à paroles, 2021 (collection iF)

Biographie



Christine Aventin naît, d'après une légende familiale incertaine, en août 1971, pendant un orage. La foudre tombe sur la clinique et provoque une coupure de courant qui plonge la scène dans la perplexité et le noir. Elle passe une enfance piteuse dont il lui reste la phobie des papa-maman. Elle connaît à quinze ans son quart d'heure de gloire. Elle y laisse quelques plumes avant de recouvrer le confort de l'anonymat. Elle commence, interrompt, reprend puis achève Le Désir demeuré. Elle s'installe à la campagne. Elle écrit Portrait nu. Elle fait un enfant qui le lui rend bien, y passe les nuits, les jours, fabrique une famille de carnaval, tient beaucoup à l'idée de la fête, et de la dissidence, marche dans les bois. Elle se laisse surprendre par l'idée du théâtre, en même temps que se fomente le grand feu des mensonges passés : un essai-fiction sur Catherine Breillat l'amène à dévoiler la supercherie de ces deux romans de jeunesse. Elle écrit Red Shoes. Remplit des pages. Vit avec le sourire. Parvient même à en rire. Obtient le prix quinquennal de l'essai. N'en revient toujours pas. Elle projette de se laisser pousser la barbe et de devenir la plus vieille dame du monde. [ Source : Bela ]

 

Bibliographie




Scalp / Christine Aventin ; ill.de couverture de Benjamin Monti - L'Arbre à paroles, 2021 (iF)
FéminiSpunk : le monde est notre terrain de jeu / Christine Aventin - Zones, 2021 (Essai)
Breillat des yeux le ventre / Christine Aventin - Somnambule équivoque, 2013 - réédité chez Espace Nord en 2018 dans la collection Essai
Portrait nu / Christine Aventin - Le Cercle, 2005 - réédité chez Weyrich en 2018 dans la collection Plumes du coq
Red Shoes / Christine Aventin - maelstrÖm reEvolution, 2012 (Bookleg)
Le désir demeuré / Christine Aventin - Ancrage, 2001 - réédité au Somnambule équivoque en 2006

Coup de cœur cinématographique de Christine

Tan de repente (Tout à coup)



Un petit film fauché, sucré-acide, en noir et blanc râpeux, réalisé par l'Argentin Diego Lerman, en 2002, et qui remporte en rafale tous les prix de tous les festivals !

Synopsis : Mao et Lénine, deux punkettes lesbiennes, font une proposition indécente à Marcia, vendeuse de lingerie seule au monde. Courroucée puis séduite par leur franc-parler, Marcia se prend à leur jeu et les suit jusqu’à la mer.


Coup de cœur musical de Christine

Anna Melato - Canzone Arrabbiata (1973)



Une chanson écrite pour le film des Fantômes à Rome d'Antonio Pietrangeli et réutilisée dans colonne sonore du Film d'amour et d'anarchie ou bien : ce matin à 10 heures, rue des Fleurs, dans la maison de tolérance bien connue… , réalisé en 1973 par Lina Wertmüller.

Je vais et je chante
La rage que j'ai.



Coup de cœur poétique de Christine

The Women who hate me / Dorothy Allison
Firebrand Books, 1991




Extrait :

" We all nourish truth with our tongues
not in sour-batter words that never take shape
nor line-driven stories bent to skirt the edge
of our great exhaustion, desire, and doubt.
We all use simply the words of our own lives
to say what we really want,
to lie spent on our lovers,
put teeth to all we hate,
to strain the juice of our history
between what has been allowed
and what has always been denied,
the active desire to take hold of the root. "

Sur le web


https://www.youtube.com/watch?v=Id6X9hlMzYQ




Archives