Logo BL'A Braine l'Alleud

Jardiner sans pesticides

Eviter les pesticides, est-ce possible ? Les autorités wallonnes montrent l’exemple ! Le "Zéro Phyto" est d'application, depuis le 1er septembre 2014, dans les espaces privés. En effet, les chiffres parlent d’eux-mêmes : 50% des pesticides retrouvés dans les eaux sont d’origine non-agricole. Il est donc temps d’agir. La lutte contre les pesticides, à chacun de s’en inspirer, à domicile et au jardin.

Pour lutter contre les effets néfastes des pesticides sur la santé et l’environnement, la Wallonie a développé un Programme wallon de réduction des pesticides (PWRP) dont l’objectif principal est de parvenir à une utilisation de pesticides compatibles avec le développement durable, en réduisant les risques et les effets des pesticides sur la santé humain et sur l’environnement. Elle vise aussi à encourager le recours à la lutte intégrée contres les ennemis des cultures et à des méthodes ou techniques de substitution, telles que les moyens non chimiques alternatifs aux pesticides.


A partir du 1er septembre 2014, ces mesures s’étendent également aux particuliers, dans deux cas de figures :

  • Si vous possédez une surface imperméable (trottoir, pavés, terrasse) reliées à un réseau de collecte, vous ne serez plus autorisés à pulvériser de produits phytopharmaceutiques sur ces surfaces. De plus, vous devrez veiller à respecter une "zone tampon" d’1 mètre au-delà de cette surface, interdite de traitement également. Si un cours d’eau, une rivière, ou toute eau de surface se trouve à proximité de votre terrain, la "zone tampon" s’étend alors à 6 mètres à partir de la crête de la berge.

  • Dans le cas d’une surface imperméable sujette au ruissellement, en raison d’une pente supérieure ou égale à 10°, et orientée vers un réseau de collecte des eaux pluviales. En plus de cette surface, une "zone tampon" sans pesticides d’1 mètre à partir de la rupture de pente est à observer.

Jusqu’au 31 mai 2019, certains produits phytosanitaires pourront éventuellement être éventuellement être employés sur :

  • Les terrains revêtus non cultivables non reliés à un réseau de collecte des eaux pluviales et ne bordant pas les eaux de surfaces

  • Des plantes ornementales annuelles ou vivaces non ligneuses pour la protection et l’entretien en traitement localisé

  • Des plantes ornementales ligneuses pour la protection et l’entretien en traitement localisé


Quels sont les risques pour la santé ?

Ces produits entrent en contact de notre organisme par la peau, les yeux, par inhalation ou ingestion conduisant à des symptômes cutanés, digestifs, oculaires ou neurologiques.

Irritations, vomissements, pertes de conscience, œdèmes pulmonaires, cancers, leucémies, baisse de la fertilité … sont autant de symptômes liés à l’utilisation ponctuelle ou répétée de pesticides.

Les risques pour les enfants sont encore plus importants, car les doses conduisant à l’apparition de symptômes sont plus faibles que pour un adulte. Un enfant court 12x plus de risque d’intoxication qu’un adulte lorsqu’il est exposé à un produit toxique.

Les alternatives aux pesticides sont nombreuses et variées. Sur vos trottoirs, le balayage est le moyen préventif le plus efficace et le plus simple. En effet, cela empêche l’accumulation de matière organique, responsable de la germination des graines.


Informations complémentaires :

Pour tout autre conseil, n’hésitez pas à consulter les sites : www.adalia.be et www.natureaujardin.be

Aidez-vous également du livret "Comment jardiner sans pesticides ?" (en bas de page).

Vous pouvez également consulter les fiches informatives pour la lutte intégrée sans pesticides éditées par Adalia.

Envie de plus d’informations sur le Programme Wallon de Réduction des Pesticides ? Visitez le Portail de l'Agriculture wallonne.

Vous pouvez également télécharger la brochure du Programme Wallon de Réduction des Pesticides en version résumée, ou complète (en bas de page).