Logo BL'A Braine l'Alleud

La Butte du Lion et le Panorama de la Bataille de 1815

@Simon Schmidt Globalview

Érigé en souvenir des événements de 1815, cet ensemble monumental, implanté dans les limites territoriales de Braine-l'Alleud, constitue sans conteste l'élément le plus attractif du site historique qui attire chaque année des milliers de visiteurs de toutes nationalités, ce qui en fait l'une des principales attractions touristiques de Wallonie.

La Butte du Lion est érigée entre 1823 et 1826, à l'emplacement où le prince Guillaume d'Orange, commandant le 1er corps de l'armée des Pays-Bas, fut blessé alors qu'il tentait de stopper l’attaque de la Garde française. Elle se présente comme un énorme cône de plus de quarante mètres de hauteur, s’étendant sur une surface de plus de deux hectares. Les terres limoneuses nécessaires à son édification ont été prélevées le long du chemin creux (l’actuelle section de la route du Lion allant de la butte à la chaussée de Charleroi) faisant disparaître le talus méridional de ce chemin. Ce promontoire, entouré à la base de cent quarante bornes en pierre bleue, se gravit au moyen d’un escalier en pierre bleue de deux cent vingt-six marches.

Il est surmonté d’un lion en fonte, de quatre mètres quarante-cinq de hauteur, pesant vingt-huit tonnes. Ce lion est posé sur un piédestal massif en pierre bleue, ayant une hauteur de sept mètres environ, lui-même reposant sur une colonne centrale en maçonnerie dont le point de départ se trouve sous le niveau de la butte. Oeuvre due au sculpteur malinois J.F. Van Geel, il fut coulé aux usines Cockerill à Seraing (Liège). Tourné vers le sud, le lion pose la patte droite sur un globe. La seule inscription figurant sur le piédestal est la suivante : XVIII JUNI MDCCCXV

Dans une vaste rotonde édifiée au pied de la butte en 1912, le panorama offre au regard une grande fresque évocatrice du champ de bataille tel qu’il a probablement dû être le soir du 18 juin 1815. Cette composition de l’artiste parisien Louis Dumoulin (1860-1924), peintre de la Marine française, assisté des peintres militaires Desvareux, Malespina et Robiquet, couvre des avant-plans et une toile circulaire de cent dix mètres sur douze mètres de hauteur.

En savoir davantage sur le champ de bataille, la butte et le panomara

Retour vers la liste des monuments