Logo BL'A Braine l'Alleud

Ancienne abbaye de Nizelle

@Floriane De Muyter

À la limite de Bois-Seigneur-Isaac et de Wauthier-Braine, à proximité de l’autoroute Bruxelles-Paris, subsistent des bâtiments d’un ancien monastère cistercien, transformé depuis plus d’un siècle en ferme qui accueille aujourd'hui séminaires et réceptions.

À l’origine de cette abbaye, nous trouvons une chapelle en ruines, dédiée à Notre-Dame, sise au cœur d’une enceinte de vieux murs délabrés. Cet oratoire fut acquis en 1439, par l’abbé Moulins, à Warnant-Anhée, en vue d’y aménager un lieu de retraite pour ses religieux.

Avec l’accord de l’évêque de Cambrai, obtenu en 1440, la fondation d’un monastère devint effective dès 1441. Le 14 mars, l’église conventuelle fut consacrée et, le 18 juin, le couvent fut incorporé à l’ordre des Cîtaux. Depuis sa création vingt-cinq pères abbés s’efforcèrent de faire vivre l’abbaye de Nizelles, malgré les vicissitudes et troubles de l’époque. Le décret de l’empereur Joseph II du 19 mars 1783 lui fut fatal. L’abbaye cessa d’exister le 19 avril 1784. En 1790, les religieux, tentant de reconstituer la communauté, y revinrent. L’invasion française mit fin à leur tentative. Les bâtiments de l’abbaye devinrent alors une exploitation agricole distincte de la ferme abbatiale, sous le nom de Ferme de la Basse Nizelles. L’église conventuelle servit de grange, la sacristie et le cloître d’étable. Suite à un incendie, qui survint en 1845, ne subsistèrent que la poterie et deux ailes du quadrilatère. Actuellement sont visibles les bâtiments dans les murs desquels sont enclavés quelques blasons. Certaines parties datent des XVIIe et XVIIIe siècles.

À côté de la ferme susdite, sise à Ophain, l’ancienne ferme abbatiale, dite Ferme de la Haute Nizelles, sise à Wauthier-Braine,  se dresse sur une butte immédiatement voisine à l’ouest. Un vieux mur d’enceinte épaulé d’empattements la relie à l’ancienne abbaye en contrebas. C’est une vaste ferme clôturée dont la plupart des bâtiments, en briques et pierre bleue, chaulés, datent des XVIIe et XVIIIe siècles, au moins pour le gros-œuvre. Celui-ci fut réfectionné à plusieurs reprises, en particulier au XIXe siècle. Un puits se trouve au centre d’une large cour irrégulière en plan incliné.


Extraits d’un article intitulé  "Les sites et monuments archéologiques et touristiques" rédigé par Fabienne Mariën, licenciée en philosophie et lettre, ancienne collaboratrice scientifique de la commission royale d’Histoire, publié dans "Braine-l’Alleud, son histoire d’hier et d’aujourd’hui", Édition culture et civilisation, 1982, à l’occasion du 850e anniversaire de la première trace écrite de Braine-l’Alleud.


Retour vers la liste des monuments